Le mystère Kap Verde dévoilé Ce qui a propulsé cette destination en tête de liste

Die République du Cap-Vert est le troisième plus petit pays d’Afrique. Pourtant, l’équipe nationale est en quart de finale de la Coupe d’Afrique. Une grande surprise ? Pas vraiment.

L’entraîneur du Cap-Vert, Bubista, ne manque pas de confiance en lui. « Nous avons dit dès le début que nous voulions atteindre au moins les demi-finales », a déclaré l’entraîneur du Cap-Vert après avoir remporté les huitièmes de finale contre la Mauritanie. Des objectifs élevés pour l’équipe nationale d’un pays comptant à peine 600 000 habitants, faisant du Cap-Vert le troisième plus petit pays d’Afrique, qui n’existait pratiquement pas sur la scène footballistique il y a 25 ans.

Pourtant, ceux qui ont suivi les performances des « Blue Sharks » lors de ce tournoi ne devraient plus être surpris si le petit archipel situé au large de la côte nord-ouest de l’Afrique atteint réellement les demi-finales face à l’Afrique du Sud ce samedi.

À peine une des équipes encore en lice n’a été aussi constante et stable que le Cap-Vert au cours de ce tournoi. L’équipe de Bubista suit un plan clair et contrôlé, s’adaptant de manière presque étonnamment pragmatique aux circonstances : face aux favoris du Ghana et de l’Égypte, elle a toujours fait preuve d’attaques courageuses et d’une grande intensité, et face aux outsiders du Mozambique et de la Mauritanie, elle a été attentiste et a minimisé les risques, exploitant impitoyablement les faiblesses individuelles de l’adversaire.

Ce pragmatisme est illustré par un joueur qui semble insensible à tout. Pas même à ses propres buts. Lorsque le capitaine Ryan Mendes a marqué un penalty décisif contre la Mauritanie, toute l’équipe ainsi que les remplaçants se sont précipités vers lui, sauf un. « Je dois rester concentré », a déclaré Bubista. « Le match n’était pas terminé, nous devions rester calmes. Et si ce n’est pas moi qui le transmets, qui le fera ? »

Mais peut-être était-ce également simplement par habitude. Le Cap-Vert a marqué le but égalisateur ou décisif dans les dernières minutes de trois de ses quatre matchs du tournoi. Ils se battent jusqu’au bout, jusqu’à la limite de l’épuisement physique.
La biographie de Roberto Lopes est typique du parcours de réussite des « Blue Sharks ». Jusqu’au tournant du siècle, la République, indépendante depuis 1975, ne participait généralement pas aux qualifications pour la Coupe d’Afrique. À l’époque, l’équipe occupait la 182ème place du classement FIFA. Où pourraient-ils trouver de bons footballeurs dans un pays aussi petit ? La réponse est simple : pas au Cap-Vert.

C’est du moins ce que croyaient Joao de Deus et son successeur Lucio Antunes, sélectionneurs au début des années 2010. Ils ont commencé à recruter des joueurs d’autres parties du monde, car en plus des près de 600 000 habitants de l’archipel au large de la côte nord-ouest de l’Afrique, il y a autant de personnes d’origine cap-verdienne dans le monde, du moins c’est l’estimation.

Des personnalités célèbres comme Nani, Henrik Larsson ou Patrick Vieira, qui préféraient jouer pour leur « plus grand » pays de naissance. Mais aussi des personnes comme Roberto Lopes. Ou comme Bebé, l’attaquant né à Lisbonne qui était autrefois un grand espoir du football portugais, a passé par toutes les équipes de jeunes, mais n’a pas réussi à Manchester United, et espérait néanmoins être sélectionné pour la Selecao. Ce n’est qu’en 2022, à presque 31 ans, qu’il a finalement fait ses débuts pour le Cap-Vert, le pays d’origine de ses parents. Lors des phases de groupes, il a marqué un coup franc de 40 mètres lors de la victoire 3-0 sur le Mozambique.

Le Cap-Vert en 2024 n’est plus le Cap-Vert en 2000. L’équipe nationale n’est plus un outsider exotique grâce à sa politique de recrutement, elle n’est plus un simple groupe de joueurs insulaires. Un seul joueur de l’effectif actuel évolue dans le championnat local, sinon : Groningue, Tiraspol, Le Pirée, ce genre de niveau. Ou depuis jeudi également : Magdebourg, où l’attaquant Bryan Teixeira jouera en prêt à l’avenir.

Le club de deuxième division devra attendre un peu pour le nouveau venu. Car désormais, le Cap-Vert est un habitué des phases à élimination directe de la Coupe d’Afrique. Lors de trois des quatre participations à la Coupe d’Afrique, les « Blue Sharks » ont franchi la phase de groupes, et en 2013, le Cap-Vert a atteint les quarts de finale. « Cette fois-ci », croit Bebé, « nous écrirons l’histoire ».

Une histoire qui, à première vue, est surprenante, mais pas pour Bubista. « Nous avons tout ce qu’il faut pour rivaliser avec n’importe quelle équipe », affirme-t-il avec confiance. La phrase « Nous ne pensons qu’à match par match » ne semble pas faire partie de son vocabulaire. Après le match contre la Mauritanie, il a chuchoté aux journalistes, calme : « Si nous atteignons les demi-finales, nous pouvons aussi atteindre la finale. »

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer

+ There are no comments

Add yours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.