Horreur à lécole Le retour inattendu dune directrice fait revivre les cauchemars de ma fille

Dès que la nouvelle a été annoncée, l’association des parents s’est mobilisée contre le retour de cette direction controversée qui, pendant deux ans, a causé des problèmes majeurs. Les enseignants se sont retrouvés en congé maladie pendant des mois, les élèves se sont retrouvés sans professeur, et différents remplaçants ont dû prendre en charge l’enseignement. Ce mardi matin, une trentaine de parents ont bloqué l’accès aux enseignants, tandis que les enfants ont été rassemblés dans le réfectoire.

Madisson Bissot, une mère, exprime son soutien aux enseignants et critique l’incapacité de la commune à résoudre la situation. Elle témoigne : « J’ai trois enfants à Basse-Bodeux dont une en difficulté et elle n’a jamais rien fait pour que cela se passe bien. Sa remplaçante, elle, met des choses en place. Ce matin, les enfants n’étaient pas bien psychologiquement. »

Stéphanie, qui a retiré ses enfants il y a deux ans en raison du déficit d’organisation, tient également à apporter son appui à distance. Elle partage : « Je trouve que c’est une chouette école, je ne serais pas partie sans ces problèmes. C’est dommage une vingtaine d’enfants qui sont partis à l’époque ou j’ai retiré les miens. On est tous partis pour la même chose: un mal-être dans l’école et c’est dommage ! »

Christian Willot, un parent d’élève à Trois-Ponts, était également présent ce mardi en solidarité avec les enseignants. Il a personnellement porté plainte contre la directrice, soulignant qu’elle a été négligente. Il déclare : « Elle s’est rendue coupable par omission. Ma fille s’est fait harceler, agresser pendant deux ans. On l’a tenue au courant, on a fait des conciliations et elle a toujours fait la sourde oreille. La seule solution qu’elle ait proposée, c’est que ma fille change d’école. […] La directrice faisant fonction, elle, a pris son vrai rôle et a fait bouger les choses comme il le fallait, mais avec le retour de cette directrice, j’ai de nouveau ma fille qui a la panique au ventre en allant à l’école. Je ne comprends pas que l’on puisse remettre une personne qui a mis plusieurs personnes, des enseignants, des enfants dans un état de détresse psychologique. C’est de l’inconscience pure et simple ! »

La directrice, qui a été escortée par des policiers à son arrivée à l’établissement, a choisi de ne pas communiquer.

Vous pouvez voir également l’image associée ci-dessous.

Benjamin Lambert

Journaliste engagé depuis plus de 10 ans, Benjamin Lambert a consacré sa carrière à l'investigation et à la révélation des problématiques sociales majeures. Ayant contribué significativement à des médias réputés, il met désormais son expérience au service de BelgiumTribune.be, explorant des sujets captivants et éclairant des enjeux cruciaux de la société à travers ses articles percutants.

Tu pourrais aussi aimer

+ There are no comments

Add yours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.