Categories
Économie

Mystère au sujet de linflation dans la zone euro

l’inflation dans la zone euro se rapproche de l’objectif de la BCE

On y est presque. L’inflation dans la zone euro se rapproche un peu plus chaque mois de l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE), fixé à 2 %. En mars, elle est revenue à 2,4 % sur un an, soit 0,2 point de moins qu’en février, a annoncé Eurostat ce mercredi matin.

Les prix de l’énergie se sont repliés mais de moins en moins vite. Ceux de l’alimentation ont freiné ainsi que ceux des biens industriels. Mais dans les services, les prix progressent encore de 4 %.

Les grandes économies de la zone euro connaissent le même phénomène

Les grandes économies de la zone euro connaissent le même phénomène, ce qui est aussi encourageant. En Allemagne, les prix à la consommation n’ont grimpé que de 2,3 % sur un an au mois de mars. Et certains économistes anticipent que la hausse des prix pourrait s’élever à 2 % en avril. En France aussi, le reflux est en bonne marche.

Toute la question est désormais de savoir quelle va être l’attitude de la BCE lors de la réunion de son comité de politique monétaire, le 11 avril prochain. Va-t-elle commencer à baisser ses taux d’intérêt pour redonner un peu d’oxygène à l’économie ? En se rapprochant de la cible de l’institution monétaire de Francfort, soit 2 %, l’inflation semble bien être sous contrôle. Jusqu’ici, les membres de la BCE avaient des doutes, notamment en raison des hausses de salaires, encore jugées élevées. Seuls les prix des services, qui ne baissent pas, plaident encore pour le statu quo monétaire. En effet, les salaires sont la principale composante du prix des services.

La conjoncture économique dans la zone euro

Pour le reste, même si le pire est probablement passé, la conjoncture est toujours déprimée dans la zone euro. L’industrie, tant en Allemagne qu’en France, donne peu de signes de reprise, les chefs d’entreprises restant largement pessimistes des deux côtés du Rhin. Depuis près de dix-huit mois, l’activité économique de la zone euro fait du surplace à la suite de la guerre en Ukraine et de la poussée inflationniste due d’abord à la flambée des prix de l’énergie.

Un des écueils que la BCE pourrait vouloir éviter est de baisser ses taux avant la Réserve fédérale américaine. Une des conséquences pourrait être une perte de valeur de l’euro face au dollar, ce qui renchérirait les importations européennes et potentiellement relancerait l’inflation. Sauf que « depuis l’été 2022 le PIB de la zone euro fait du surplace, alors qu’il progresse vivement aux Etats-Unis », constate Philippe Waechter, chef économiste d’Ostrum Asset Management.

Le besoin d’une impulsion en zone euro

Pour l’économiste, il existe donc bien « un besoin d’impulsion en zone euro » afin de « réactiver la demande interne ». La politique budgétaire soutient aujourd’hui l’activité aux Etats-Unis, ce qui n’est pas le cas sur le Vieux Continent. D’où l’urgence d’une aide de la politique monétaire.

Comme le dit Bruno Cavalier, chef économiste d’Oddo BHF, « aucune des craintes formulées depuis deux ans par les ‘faucons’ [les membres de la BCE contre une baisse des taux, NDLR] ne s’est réalisée. Les anticipations d’inflation n’ont pas dérapé vers le haut, elles sont toujours proches de 2 % à moyen terme, et il n’y a pas eu de boucle prix-salaires. »

Il n’empêche. Par prudence, les économistes du cabinet Oxford Economics continuent de tabler sur une première baisse des taux de la BCE que lors de sa réunion de juin.

FAQs:

1. Quelle est l’inflation dans la zone euro ?

La l’inflation dans la zone euro se situe à 2,4% sur un an en mars.

2. Quels sont les facteurs qui contribuent à cette inflation ?

Les prix de l’énergie ont ralenti, mais les prix des services continuent de progresser.

3. Quelles sont les prévisions pour les prix dans les grandes économies de la zone euro ?

Certains économistes anticipent une hausse des prix à 2% en avril en Allemagne et en France.

4. Quand se tiendra la réunion du comité de politique monétaire de la BCE ?

La réunion du comité de politique monétaire de la BCE est prévue pour le 11 avril.

5. Pourquoi est-il important de surveiller l’évolution des taux d’intérêt de la BCE ?

Les taux d’intérêt de la BCE ont un impact sur l’économie et peuvent influencer l’inflation.

6. Quelles sont les conséquences potentielles d’une baisse des taux de la BCE ?

Une baisse des taux pourrait entraîner une perte de valeur de l’euro et relancer l’inflation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version