Décryptage Le mystérieux phénomène du compteur à rebours

Les mystères de l’électricité solaire : Comprendre les systèmes électriques des panneaux photovoltaïques en Belgique

Les termes comme « tourner à l’envers », « IN » et « OUT », le tarif « prosumer » sont devenus monnaie courante dans nos conversations quotidiennes. RTL info vous dévoile les secrets de l’électricité solaire pour mieux comprendre son fonctionnement.

Les anciens compteurs mécaniques associés aux panneaux photovoltaïques semblent parfois en marge du fonctionnement classique : « Ils semblent tourner dans l’autre sens, mais que cela signifie-t-il ? Pourquoi la consommation d’électricité semble baisser à ce moment-là ? Est-ce que les nouveaux compteurs présentent le même phénomène ? Seront-ils obligatoires à l’avenir ? »

Lionel Boembeke, responsable projet électricité et automation industrielle dans un bureau d’études en électricité et automation, éclaire ce phénomène : « Les anciens compteurs enregistrent l’électricité consommée en faisant tourner mécaniquement un disque. Ils tournent donc progressivement à mesure que la quantité d’électricité est consommée. Cependant, il arrive qu’un compteur « tourne à l’envers » ; c’est ce qu’il se produit lorsque des panneaux solaires produisent plus d’électricité que nécessaire. »

Ce phénomène posait problème, comme l’explique Lionel : « Le relevé étant inscrit annuellement sur un index unique, il est donc impossible de différencier l’électricité produite de celle consommée. » Anne-Elisabeth Sprimont, responsable communication de la Commission wallonne pour l’Énergie (CWaPE), explique le principe de compensation : « Tout ce qui est produit est effacé de la facture et si ce n’est pas auto-consommé, l’électricité produite sert sur la facture finale à effacer tout ce qui a été consommé. » Ce principe disparaîtra dès 2024 avec l’introduction des nouveaux compteurs communicants, qui calculent distinctement l’électricité produite et consommée.

« Contrairement aux anciens compteurs, les nouveaux compteurs calculent distinctement l’électricité produite et consommée, c’est ce qu’on appelle l’électricité « IN » et l’électricité « OUT ». Désormais, vous devrez consommer directement l’électricité que vous produisiez, ou alors elle sera « perdue ». » Pour cette électricité perdue, la CWaPE propose un tarif de rachat ou d’injection, à un prix généralement inférieur au tarif d’achat.

Pour le consommateur, cela signifie que l’électricité consommée est facturée au tarif normal, tandis que l’électricité produite est rémunérée à un tarif spécifique, généralement inférieur au prix d’achat. Les fournisseurs achètent actuellement l’électricité à un prix plus bas que celui auquel ils la vendent, explique la CWaPE.

Toutes les nouvelles installations après le 1er janvier 2024 et les installations non certifiées avant cette date n’auront droit qu’au « tarif d’injection », à l’exception de la Wallonie. Tous ceux qui ont installé des panneaux, mais qui n’ont pas encore reçu leur certification continuent avec le premier principe.

Benjamin Lambert

Journaliste engagé depuis plus de 10 ans, Benjamin Lambert a consacré sa carrière à l'investigation et à la révélation des problématiques sociales majeures. Ayant contribué significativement à des médias réputés, il met désormais son expérience au service de BelgiumTribune.be, explorant des sujets captivants et éclairant des enjeux cruciaux de la société à travers ses articles percutants.

Tu pourrais aussi aimer

+ There are no comments

Add yours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.