Categories
Actualité à la Une

Un cri du cœur bouleversant Bernard Lavilliers en pleurs dans C à vous

Le chanteur a été submergé par l’émotion lors d’une interview avec Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5, suite à l’évocation de Betty, à qui il a dédié sa chanson éponyme en 1981.

Bernard Lavilliers recevra une Victoire d’honneur aux Victoires de la musique vendredi prochain, une cérémonie qui sera diffusée sur France 2. En prévision de cet événement, Anne-Elisabeth Lemoine a reçu le chanteur dans l’émission « C à vous » ce mercredi 7 février. En compagnie des chroniqueurs, elle a retracé sa carrière, et une chanson en particulier a retenu l’attention, « Betty », extraite du double album « Nuit d’amour », sorti en 1981.

« Betty, faut pas pleurer. Betty, faut pas trembler. Je sais, tu vas rester là. T’aimerais plus te réveiller, plus jamais rêver ». Ces paroles intimes sont un extrait de la chanson de Bernard Lavilliers. Un texte qu’il a envoyé à une amie emprisonnée à tort. Derrière les barreaux, elle envisageait le suicide. Le chanteur lui adresse ces mots pour l’empêcher de passer à l’acte.

Après un extrait de l’émission « Chantez-le moi », animée par Jean-François Kahn, où Bernard Lavilliers interprète sa chanson, le retour sur le plateau du talk de France 5 a été marqué par l’émotion. Les larmes ont coulé sur le visage du chanteur. « Excusez-moi », a-t-il commencé avant de raconter qu’il avait finalement pu aller chercher Betty à Fleury-Mérogis. « Sachez que Betty, c’est l’injustice même. C’était mon amie. Je ne peux pas chanter cette chanson tous les jours », raconte-t-il en s’essuyant le visage.

« Vous êtes extrêmement ému », remarque Anne-Elisabeth Lemoine, elle aussi les yeux brillants. « Tu sais, on se retrouvera là, ailleurs, en plein soleil » chantait Bernard Lavilliers. Une prophétie qui s’est réalisée, même si Betty a dû attendre 14 ans avant d’être libérée.

Ce moment émouvant a été partagé à l’antenne, suscitant un grand intérêt et une sympathie supplémentaire pour le chanteur, en prévision de la cérémonie à venir.

Exit mobile version