Secrets du Machu Picchu dévoilés Mystérieuse fermeture due à un mouvement social

Le site inca le plus visité au monde fermé temporairement. À cause d’un mouvement social, il n’est actuellement plus possible de visiter le Machu Picchu, comme le rapporte la presse péruvienne. Le personnel touristique du site s’est mis en grève pour protester contre la privatisation des billets d’entrée. Le ministère de la Culture a décidé de confier la gestion de la vente de billets en ligne à un prestataire privé, ce que les manifestants considèrent comme un premier pas vers la privatisation du site.

Les grévistes ont suspendu le mouvement pendant 24 heures pour entamer des pourparlers avec les représentants du gouvernement. Ils exigent l’annulation du contrat avec le prestataire privé et la démission de la ministre de la Culture. Malgré le début du dialogue, il est incertain que cela aboutisse à une résolution, car le gouvernement semble déterminé à poursuivre avec le prestataire privé.

En attendant la réouverture du Machu Picchu, plus de 1 000 touristes ont été évacués du site ce week-end, affectant les voyageurs locaux et internationaux, qui expriment leur déception.

Au Brésil, la pression monte sur l’entourage de l’ancien président Jair Bolsonaro. L’un de ses fils, Carlos, a été la cible de perquisitions de la police dans le cadre d’une enquête sur des soupçons d’espionnage illégal d’adversaires politiques réalisé sous le mandat de Jair Bolsonaro. La police soupçonne l’ancien président d’avoir mis en place une structure parallèle au sein des services de renseignement Abin pour obtenir des informations sur des centaines de responsables politiques et personnalités publiques, grâce à un logiciel espion israélien.

Les révélations ne sont pas surprenantes, selon l’éditorialiste du journal Estadão, qui rappelle les manipulations d’informations et la création de « fake news » par Carlos Bolsonaro lors de la campagne présidentielle de 2018.

Aux États-Unis, la question de l’avortement devient un enjeu central de la campagne présidentielle, divisant républicains et démocrates. En cas de victoire de Donald Trump, les restrictions sur l’accès à l’IVG pourraient se durcir.

Selon le New York Times, de nombreux Américains favorables à l’avortement pourraient être amenés à choisir entre voter pour le président Biden et s’abstenir, ne voulant pas soutenir un candidat responsable de l’annulation de la garantie fédérale à l’IVG.

Les groupes anti-avortement se préparent à une éventuelle présidence de Trump en élaborant un programme de grande envergure pour restreindre l’accès à l’avortement, y compris en rédigeant des décrets pour annuler les politiques de l’administration Biden.

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer