Scandale à Anvers Détenu torturé et filmé par ses codétenus

Attaque en Prison : Détenu gravement blessé après des jours de torture
Un détenu de la prison d’Anvers a été transporté à l’hôpital gravement blessé après avoir été maltraité pendant des jours dans sa cellule par des codétenus. La rédaction de VRT NWS l’a appris de bonne source. Pour l’instant, on ignore comment la torture a pu durer aussi longtemps sans que personne n’intervienne. Le parquet a ouvert une enquête.

Le détenu aurait été torturé par cinq codétenus dans sa cellule pendant trois jours. Il aurait notamment subi de graves brûlures et aurait été en danger de mort.

Enquête ouverte sur les graves violences

Le parquet d’Anvers a confirmé l’ouverture d’une enquête sur ces graves violences. Les compagnons de cellule de la victime ont été placés en détention pour être interrogés après les événements. Le laboratoire judiciaire et le médecin légiste ont également été convoqués pour enquête.

Agression prolongée : un mystère à élucider

On ne sait pas, pour l’instant, pourquoi l’agression a pu se poursuivre aussi longtemps sans intervention. la rédaction de la VRT a appris, de bonne source, que la victime aurait reçu pour instruction de faire semblant de dormir lorsque quelqu’un entrait dans la cellule.

La torture a été filmée et transmise via Snapchat. Joris van der Aa, journaliste spécialisé dans les affaires criminelles à Gazet van Antwerpen, a vu les images. « C’est une séquence dégoûtante. Le plaisir qu’ont ces compagnons de cellule à le faire souffrir est particulièrement choquant, indique le journaliste. Il précise : « On y voit un homme assis sur une chaise, tremblant, l’œil fermé et le nez en sang ». L’homme a également subi des traitements dégradants et un viol.

Réactions et mesures prises

Le front commun syndical a également réagi avec stupéfaction. « Hier, nous avons été confrontés à une situation qui défie toute imagination. Une conséquence directe de ce que nous, les syndicats, crions sur tous les toits depuis des années. La surpopulation et le manque de personnel ont abouti à une scène macabre », peut-on lire dans le communiqué.

Le ministre de la Justice Paul Van Tigchelt (Open Vld) a précisé mercredi que l’administration pénitentiaire a elle aussi entamé une enquête en interne, pour déterminer si toutes les procédures en vigueur ont bien été suivies. La cellule où ont eu lieu les tortures a été scellée. Les codétenus de la victime ont été placés dans des cellules de la police anversoise.

Foire Aux Questions (FAQs)

1. Quel est l’objet de l’enquête ouverte par le parquet d’Anvers?
Le parquet d’Anvers a ouvert une enquête sur les graves violences subies par le détenu en prison.

2. Combien de codétenus ont été impliqués dans l’agression du détenu?
Cinq codétenus sont impliqués dans l’agression et la torture du détenu dans sa cellule.

3. Comment la torture a-t-elle été diffusée au public?
La torture a été filmée et partagée via Snapchat, exposant les actes dégradants infligés au détenu.

4. Quelles mesures ont été prises par l’administration pénitentiaire suite à l’incident?
L’administration a lancé une enquête interne pour vérifier le respect des procédures et a placé les codétenus dans des cellules de la police.

5. Quelle était la réaction du syndicat face à cet événement?
Le front commun syndical a exprimé sa stupéfaction, soulignant que la surpopulation et le manque de personnel ont contribué à cette situation tragique.

6. Qui a confirmé l’ouverture de l’enquête sur l’affaire?
Le parquet d’Anvers a confirmé l’ouverture de l’enquête sur les violences subies par le détenu, avec implication de médecin légiste et de laboratoire judiciaire.

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer