Rivière vitale pour les agriculteurs en Syrie polluée par des fuites mystérieuses de pétrole Détails choquants révélés

À Tal Brak (Syrie), la rivière qui s’écoule à proximité des terres agricoles de Nizar al-Awwad est devenue noire de pétrole, rendant impossible l’irrigation des terres. Les autorités locales affirment que la rivière est affectée par des frappes turques visant des installations pétrolières. « Tous les agriculteurs de la région ont cessé d’irriguer leurs champs avec l’eau de la rivière », témoigne Nizar al-Awwad, un agriculteur de 30 ans originaire de la province de Hassaké. Il ajoute que l’utilisation d’eau polluée serait néfaste pour leurs terres déjà impactées par le manque de carburant et la sécheresse. Les récents dommages causés à la rivière par les frappes turques ont aggravé la situation des agriculteurs déjà vulnérables.

Dans une Syrie en proie à la guerre depuis 2011, les combats ont souvent entraîné la destruction des infrastructures pétrolières, suscitant les convoitises des différents belligérants. La région de Nizar al-Awwad, sous le contrôle de l’administration autonome kurde, a été la cible de frappes aériennes turques en janvier, visant notamment des raffineries et d’autres installations pétrolières. Ces attaques font suite à des frappes menées par la Turquie contre les combattants kurdes dans le nord de l’Irak et de la Syrie, en réaction à la mort de neuf soldats turcs lors d’une attaque contre une base militaire turque dans le nord de l’Irak.

Depuis ces événements, des habitants de la province de Hassaké ont signalé la présence de taches d’huile noire sur la rivière al-Radd, un affluent du Khabour qui traverse une grande partie du nord-est de la Syrie. Des correspondants de l’AFP ont également constaté la présence de nappes de pétrole polluant l’eau et les rives de la rivière sur une distance de 55 kilomètres dans la région de Hassaké. Mohammed al-Aswad, co-président de l’Office des eaux de l’administration autonome kurde, a déclaré à l’AFP que les « bombardements turcs ont endommagé des installations pétrolières et des oléoducs », impactant particulièrement la région de Rmeilane et ses vastes champs pétroliers.

Les fuites de pétrole peuvent « menacer la biodiversité fluviale » si elles atteignent un barrage le long de la rivière Khabour, s’inquiète M. al-Aswad. Malgré l’installation de filets rudimentaires à base de roseaux par l’administration autonome kurde, les fuites de pétrole n’ont pas été contenues, laissant les terres des agriculteurs exposées. Soutenus par des troupes américaines, les Kurdes contrôlent les principaux champs pétroliers de la Syrie, constituant la principale source de revenus de leur administration autonome. En attendant que les infrastructures pétrolières soient réparées, les autorités déconseillent aux agriculteurs de laisser leur bétail boire l’eau polluée.

Ibrahim al-Moufdi, un agriculteur de 50 ans, a cessé d’irriguer ses cultures avec cette eau polluée depuis deux semaines. « Les moutons ne peuvent pas boire de la rivière », s’inquiète-t-il, redoutant une éventuelle contamination des poissons. Ces fuites de pétrole sont un coup dur pour les agriculteurs déjà éprouvés par près de 13 ans de guerre et par les conséquences du réchauffement climatique, plongeant le pays dans une crise économique étouffante. « J’espère simplement qu’il continuera de pleuvoir pour que nous ne soyons pas contraints d’irriguer nos terres avec l’eau de la rivière », soupire M. al-Moufdi.

Cette situation met en évidence les conséquences désastreuses des conflits armés sur l’environnement et l’agriculture dans la région, laissant les agriculteurs désespérés face à la détérioration de leurs terres et de leurs moyens de subsistance.

© 2024 AFP

Benjamin Lambert

Journaliste engagé depuis plus de 10 ans, Benjamin Lambert a consacré sa carrière à l'investigation et à la révélation des problématiques sociales majeures. Ayant contribué significativement à des médias réputés, il met désormais son expérience au service de BelgiumTribune.be, explorant des sujets captivants et éclairant des enjeux cruciaux de la société à travers ses articles percutants.

Tu pourrais aussi aimer

+ There are no comments

Add yours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.