Révélation choquante sur les restrictions de 2013 en Premier League Les clubs privés dinvestissements importants

Les dépenses aussi basses qu’en 2005

Pour ce qui est de la Premier League, les clubs présentent un visage inhabituel sur le marché des transferts cet hiver, avec des dépenses aussi basses que 80 millions d’euros, soit le niveau le plus bas depuis 2005, un jour avant la fin du marché des transferts. La principale raison en est les règles de rentabilité et de durabilité (PSR) qui limitent l’action des directeurs sportifs et des propriétaires des clubs. Ces règles ressemblent au fair-play financier de l’UEFA et ont récemment montré leurs dents.

La dernière fois que la ligue la plus riche du monde a dépensé si peu, l’actuel entraîneur d’Arsenal, Mikel Arteta, a rejoint Everton à l’âge de 22 ans et Liverpool a recruté Fernando Morientes du Real Madrid. En janvier 2005, les meilleurs clubs anglais ont investi 88,5 millions d’euros dans des recrutements, tandis que ces dépenses hivernales ont atteint 843 millions d’euros jusqu’à leur apogée en 2023.

« D’après le règlement PSR de la Premier League, un club ne peut pas enregistrer une perte supérieure à 105 millions de livres sterling sur une période de trois ans, soit environ 123 millions d’euros », indique Daniel Busch, Directeur de zone du marché des transferts au Royaume-Uni. Everton a enfreint ces règles et s’est vu infliger une pénalité de dix points cette saison. Le club a de nouveau été reconnu coupable de violations aux côtés de Nottingham Forest en janvier, et d’autres sanctions pourraient suivre. Il reste à voir dans quelle mesure Manchester City sera sanctionné pour ses supposées infractions, tout comme l’ampleur des sanctions qui attendent Everton et Forest. Il semble que ce duo devra patienter jusqu’en avril pour connaître la mesure de la sanction.

Le PSR a été adopté en 2013 et à l’époque, les clubs de la Premier League avaient approuvé cette mesure. Aujourd’hui, certains clubs commencent à réaliser qu’elle ne remplit plus son objectif initial. Au lieu d’assurer une plus grande compétitivité, elle maintient plutôt le statu quo. Les 105 millions de livres de 2013 n’ont pas la même puissance d’achat sur le marché des transferts qu’aujourd’hui, et en raison de l’inflation, la limite devrait aujourd’hui être plus du double de ce montant. En raison des nombreux investisseurs étrangers, beaucoup plus pourrait être investi, ce qui n’est actuellement pas possible en raison du PSR. Les clubs comme Aston Villa ou Newcastle, qui prennent de bonnes décisions sportives, sont donc freinés.

La baisse des dépenses de transferts des 20 premiers clubs de Premier League à ce point n’est pas seulement due au PSR, mais aussi au fait que la Coupe d’Afrique des Nations et la Coupe d’Asie se déroulent actuellement. Après une longue année 2023, qui a été éprouvante après la Coupe du Monde au Qatar, de nombreux clubs ne se montrent pas prêts à vendre ou à prêter leurs remplaçants, qui sont devenus tout simplement trop importants. L’année 2023 a été marquée par de nombreuses blessures, et les absences pour les deux grands tournois continentaux contribuent à une situation très tendue sur le marché des transferts.

Les prix nécessaires pour inciter un club à vendre ne peuvent pas être payés par beaucoup en raison du PSR. En fin de compte, des centaines de millions d’euros de moins circulent sur le marché des transferts que les années précédentes, à l’exception de l’hiver 2021, au début de la pandémie.

Cependant, il est peu probable que la Premier League reste en dessous de la barre des 100 millions de livres sterling en termes de dépenses. Les transactions imminentes le jour de la clôture du mercato pourraient déjà susciter des frais de transfert supplémentaires d’environ 100 millions d’euros. En hiver 2025, il est probable que la situation se détende à nouveau – Busch déclare : « Je m’attends à ce que la limite soit bientôt levée. »

Al-Hilal juste devant le PSG : Les plus grosses dépenses de transferts au cours d’une saison

Pour une couverture plus complète et un accès illimité au contenu, abonnez-vous à un abonnement ICI

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer