Les mystères de lUnion européenne et les voitures sportives

La disparition des Toyota GR86 et Subaru BRZ en Europe à cause des normes de sécurité

Le secteur des petites sportives est en danger en raison des moteurs thermiques et des émissions de CO2. La General Safety Regulations 2 (GSR2) a conduit Toyota et Subaru à annoncer la fin imminente de la Toyota GR86 et de la Subaru BRZ en Europe. Les constructeurs ont confirmé que ces deux modèles disparaîtront après 2024 en raison des exigences de la nouvelle législation en matière de sécurité qui rendraient leur production non viable.

Les exigences de la directive européenne GSR2

La directive européenne GSR2 exige que les véhicules soient équipés de diverses technologies avancées telles que le système de freinage avancé, une caméra de détection de somnolence, un enregistreur de données (boîte noire), le système de maintien de la trajectoire et l’indication des limites de vitesse. Toyota a affirmé que ces exigences nécessiteraient une refonte totale des voitures, ce qui les rendrait non seulement impensables mais aussi financièrement non viables.

Les conséquences pour les petites sportives

La Toyota GR86 et la Subaru BRZ disparaitront du marché européen le 31 décembre 2024, avec l’interdiction des ventes de voitures de stock à partir de 2025. D’autres petites sportives, comme la Mazda MX-5, sont également menacées par ces nouvelles normes de sécurité, bien que Mazda se montre confiant quant à la disponibilité continue de la MX-5.

Les défis pour Alpine et l’A110

Même la marque européenne Alpine se trouve confrontée à des défis similaires, avec l’A110 qui n’est pas conforme aux nouvelles normes d’homologation en matière de sécurité active. Bien qu’une dérogation de 2 ans ait été accordée à Alpine pour produire 1 500 A110 par an, l’offre restera limitée et les prix pourraient augmenter.

L’impact des normes européennes sur l’industrie automobile

La réglementation européenne GSR2, entrée en vigueur le 6 juillet 2022, imposera des exigences strictes à tous les nouveaux véhicules à partir de juillet 2024. Avec plus de 25 nouvelles règles à respecter, les constructeurs se trouvent dans une course contre la montre pour adapter leurs modèles. Ces réglementations auront un impact sur l’ensemble de l’industrie automobile, rendant les voitures plus complexes et plus coûteuses.

FAQs (Foire aux questions)

1. Quelles sont les raisons de la disparition de la Toyota GR86 et de la Subaru BRZ en Europe ?

Les deux constructeurs ont annoncé que la fin de ces deux modèles était imminente en raison des exigences de la nouvelle législation en matière de sécurité.

2. Quelles technologies avancées la directive GSR2 exige-t-elle pour les véhicules ?

La directive exige l’équipement de systèmes tels que le système de freinage avancé, les caméras de détection de somnolence et les enregistreurs de données.

3. Pourquoi Alpine et l’A110 sont-ils également affectés par les nouvelles normes de sécurité ?

L’A110 n’est pas conforme aux normes d’homologation en matière de sécurité active, obligeant Alpine à envisager des modifications coûteuses.

4. Quel est l’impact prévu des réglementations européennes sur l’industrie automobile ?

Les nouvelles règles rendront les voitures plus complexes et plus coûteuses, affectant l’ensemble du secteur automobile.

5. Les petites sportives seront-elles les seules affectées par les nouvelles normes de sécurité ?

Non, les réglementations auront un impact sur l’ensemble des véhicules, du fait des nouvelles exigences en matière de sécurité et de technologie.

6. Y a-t-il des dérogations possibles pour les constructeurs automobiles face aux nouvelles normes ?

Certaines marques ont obtenu des dérogations temporaires, mais à long terme, toutes les voitures devront se conformer aux nouvelles réglementations.

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer