Les directeurs de Meta TikTok et X sous feu des projecteurs lors dun interrogatoire tendu au Sénat américain

Les réseaux sociaux se soucient beaucoup plus des bénéfices que de la sécurité des enfants, tel était clairement le point de vue des politiciens lors d’une audition au Sénat américain. Ils ont interrogé les directeurs de Meta, TikTok, X, Snap et Discord pendant quatre heures sur la protection des utilisateurs mineurs.

Le titre de l’audition devant la commission sénatoriale était : les big tech et la crise de l’exploitation sexuelle en ligne des enfants. Mais les critiques portaient sur un spectre plus large. Les sénateurs faisaient référence à une pile croissante de rapports dans lesquels les chercheurs établissent un lien direct entre la détérioration du bien-être mental des enfants et l’utilisation des médias sociaux.

« Ce sont responsables de nombreux dangers auxquels nos enfants sont confrontés en ligne », a déclaré le président de la commission, le démocrate Dick Durbin, aux PDG présents. Les parents et les proches d’enfants qui se sont suicidés ont brandi des photos de ces enfants dans la salle. Des déclarations d’enfants racontant comment ils ont été exploités sur les médias sociaux ont été montrées dans la salle.

Le PDG de Meta, Zuckerberg, a été appelé à présenter ses excuses, ce qu’il a fait. Les représentants des entreprises technologiques ont fait valoir qu’ils ont déjà pris un large éventail de mesures. Mark Zuckerberg a souligné que depuis 2016, son entreprise a investi plus de 20 milliards de dollars pour rendre Facebook et Instagram plus sûrs, offrant aux parents diverses possibilités de limiter le temps d’écran de leurs enfants.

Cependant, les sénateurs ne semblaient pas convaincus. Par exemple, le républicain Ted Cruz a demandé des éclaircissements sur une alerte à la pornographie juvénile sur Instagram. Les utilisateurs recherchant le terme CSAM, qui signifie Contenu d’Abus Sexuel sur Mineurs, voient apparaître une fenêtre contextuelle. Elle avertit que les résultats de la recherche peuvent contenir de la pornographie juvénile, qu’elle est interdite et qu’elle est très dommageable pour les victimes. L’utilisateur se voit proposer de l’aide, mais aussi la possibilité de continuer vers les résultats de la recherche. « Monsieur Zuckerberg, que diable pensiez-vous ! », s’est exclamé Cruz.

Meta fait l’objet de dizaines de poursuites dans les États américains. Selon les plaintes, Facebook et Instagram ont été délibérément conçus pour être aussi addictifs que possible pour les enfants. Les plates-formes sont également accusées d’être très néfastes pour l’estime de soi des enfants et de ne pas en faire assez pour protéger les jeunes utilisateurs des prédateurs en ligne.

La semaine dernière, un nouveau lanceur d’alerte a dénoncé Meta dans le journal britannique The Guardian. Selon un ancien employé, Zuckerberg a les moyens de rendre Instagram plus sûr pour les adolescents, mais l’entreprise choisit de ne pas les utiliser. L’entreprise a nié cela et soutient qu’elle s’attaque fermement au problème.

De nombreuses propositions de loi visant à mieux protéger les enfants en ligne sont en cours aux États-Unis. La directrice de X, anciennement Twitter, a annoncé que la société soutient la Stop CSAM Act. X est la première grande plateforme à soutenir ce projet de loi. La semaine dernière, Snap, la société derrière Snapchat, a annoncé qu’elle soutenait une autre proposition de loi. Cette loi rendrait criminel le fait de recommander du contenu nuisible pour les plateformes de médias sociaux. Mais Snap et X sont l’exception. Meta, TikTok et Discord n’ont pas encore exprimé leur soutien à de telles propositions.

Les réseaux sociaux sont donc au centre des critiques et des débats sur la sécurité des enfants en ligne. Leur responsabilité et leur engagement à protéger les jeunes utilisateurs demeurent des sujets d’intérêt majeur pour les législateurs et la société.

Gilles Moreau https://belgiumtribune.be/

Journaliste chevronné depuis plus de 12 ans, j'ai couvert divers sujets allant de la politique nationale à l'économie mondiale. Autrefois affilié à des publications de renom, il apporte désormais son expertise à BelgiumTribune.be, analysant en profondeur les enjeux politiques et économiques qui façonnent l'avenir du pays.

Tu pourrais aussi aimer