Le mystère de lalbum du WuTang détenu illégalement révélé

La Saga de « Once Upon a Time in Shaolin » : Un Livre d’Histoire Musicale en Feuilleton

En sortant « Once Upon a Time in Shaolin », le Wu-Tang Clan voulait ajouter une page à l’histoire de l’industrie musicale. Neuf ans après sa sortie, c’est tout un livre que le groupe de hip-hop américain a écrit. Mais contrairement à ce que son titre (« il était une fois à Shaolin ») laissait entendre, il s’agit moins d’un conte de fées que d’un feuilleton judiciaire.

Le Concept Révolutionnaire de « Once Upon a Time in Shaolin »

Au commencement était donc ce « Once Upon a Time in Shaolin », double album mythique parce que ses auteurs avaient décidé dès son lancement d’en faire un ovni. Edité à un seul exemplaire, il était vendu aux enchères en 2015 pour la somme record de 2 millions de dollars. L’acquéreur n’avait pas le droit de l’exploiter commercialement mais pouvait le diffuser gratuitement, l’objectif étant d’explorer de nouvelles voies de financement pour la musique.

L’Intrigue se Corse avec l’Arrivée de Martin Shkreli

Ce que n’avait pas prévu le Wu-Tang, c’est que l’acheteur serait un homme à la réputation sulfureuse, Martin Shkreli, connu pour ses manœuvres dénuées d’éthique dans le monde de la pharmacie. Gestionnaire de fonds d’investissement, il s’était notamment fait connaître en achetant les droits d’un médicament contre la toxoplasmose pour en multiplier immédiatement le prix par 55. Sans grande surprise, celui que la presse présentait alors comme « l’homme le plus détesté d’Amérique » annonçait, à peine l’achat enregistré, qu’il allait détruire l’album pour que personne d’autre que lui n’en profite.

Le Retour Inattendu de « Once Upon a Time in Shaolin »

Mais Shkreli ne mit pas ses menaces à exécution et deux années plus tard, « Once Upon a Time in Shaolin » réapparut. Il était mis en vente par son propriétaire, condamné à sept ans de prison pour fraude boursière et contraint de payer une énorme amende.

L’Évolution de l’Affaire : PleasrDAO entre en Scène

L’histoire ne s’arrêtait pas là, car une fois de plus l’acheteur était atypique. PleasrDAO, comme son nom l’indique, est une DAO, une organisation autonome décentralisée, sorte de coopérative virtuelle constituée autour d’un crowdfunding en cryptomonnaie. Initialement créée pour acheter un NFT très recherché d’une artiste nommée PPLPLEASR, la DAO s’est donnée plus largement pour but de collectionner de l’art numérique et de le rendre accessible au plus grand nombre. Et c’est ainsi qu’elle a fait l’acquisition de l’album du Wu-Tang.

L’Intrigue se Poursuit : le Défi de Shkreli et la Réaction de PleasrDAO

Mais Shkreli, sorti de prison en 2022, n’avait semble-t-il pas dit son dernier mot. Le 9 juin dernier, sur X, il a diffusé en direct l’album, prouvant qu’il avait gardé une copie de l’œuvre. Dans la foulée, toujours sur X, PleasrDAO annonçait qu’elle le poursuivait en justice, affirmant que la diffusion de l’album lui causait un grave préjudice financier.

Le Jugement et les Rebondissements à Venir

Pour l’accusé, l’action en justice n’était pas recevable car la DAO n’avait pas fait voter ses membres avant de porter plainte. Shkreli le mal-aimé s’est d’ailleurs trouvé sur X des soutiens inattendus, plusieurs internautes estimant que diffuser au plus grand nombre l’album comme l’a fait Shkreli n’est pas moralement condamnable. Mais dans un premier jugement, la justice américaine a finalement donné raison à PleasrDAO : le tribunal a ainsi émis une ordonnance restrictive temporaire interdisant à Shkreli « d’utiliser, de diffuser, de streamer ou de vendre tout ce qui a trait à l’album, y compris ses données et ses fichiers ». Pour d’éventuels dommages et intérêt, il faudra attendre la suite de la procédure. Il était une fois à Shaolin, une histoire qui n’avait pas fini de rebondir…

###Questions###
Quel était l’objectif initial derrière la création de « Once Upon a Time in Shaolin » par le Wu-Tang Clan ?
Les membres du Wu-Tang Clan voulaient ajouter une page à l’histoire de l’industrie musicale en créant un double album unique en son genre.

Qui était l’acheteur original de l’album et quelles ont été ses intentions controversées ?
L’acheteur original de l’album était Martin Shkreli, connu pour ses actions décriées dans le domaine pharmaceutique, telles que l’augmentation spectaculaire du prix d’un médicament.

Quelle organisation est intervenue pour acquérir l’album après les démêlés judiciaires de Shkreli ?
PleasrDAO, une DAO axée sur la collecte d’art numérique et la démocratisation de l’accès à celui-ci, a acquis l’album du Wu-Tang Clan.

Pourquoi PleasrDAO a-t-elle intenté une action en justice contre Shkreli suite à la diffusion de l’album ?
PleasrDAO a affirmé que la diffusion de l’album causait un préjudice financier, ce qui a conduit à lancer des poursuites judiciaires contre Shkreli.

Quel argument Shkreli a-t-il avancé pour contester l’action en justice de PleasrDAO ?
Shkreli a contesté l’action en justice en affirmant que la DAO n’avait pas obtenu l’approbation de ses membres avant de porter plainte.

Quelle décision la justice américaine a-t-elle rendue concernant l’affaire entre Shkreli et PleasrDAO ?
La justice américaine a émis une ordonnance restrictive temporaire interdisant à Shkreli d’utiliser, diffuser, streamer ou vendre quoi que ce soit relatif à l’album, en attendant la suite de la procédure en cours.

Gilles Moreau https://belgiumtribune.be/

Journaliste chevronné depuis plus de 12 ans, j'ai couvert divers sujets allant de la politique nationale à l'économie mondiale. Autrefois affilié à des publications de renom, il apporte désormais son expertise à BelgiumTribune.be, analysant en profondeur les enjeux politiques et économiques qui façonnent l'avenir du pays.

Tu pourrais aussi aimer