Le CEO dING promet des surprises pour lannée à venir

Le PDG d’ING poursuit sa stratégie de digitalisation et de réduction du réseau d’agences. Malgré une année sociale agitée, Peter Adams confirme la nécessité de poursuivre le changement au sein de la banque.

ING Belgique publie des résultats annuels flatteurs. Les revenus en 2023 atteignent 3,57 milliards d’euros, augmentant de 15,9 % par rapport à l’année précédente. Les bénéfices ont explosé à 888 millions d’euros, presque triplant le résultat net de 2022 (301 millions d’euros).

Lors de notre visite au siège de la banque, avenue Marnix à Bruxelles, des dizaines de tracteurs stationnaient au pied du bâtiment. Les coups de klaxons couvraient, par intermittence, la voix des dirigeants d’ING. « Nous comptons beaucoup de clients dans le secteur agricole. Leur métier nécessite de grands investissements. Nous sommes à leurs côtés pour les aider à innover », a ajouté Peter Adams.

En ce qui concerne la diminution des revenus d’intérêt avec la fin de la hausse des taux, Hans De Munck (CFO) a souligné que d’autres sources de revenus prendront le relais, telles que les prêts aux particuliers et aux entreprises, et les commissions.

Interrogé sur l’élargissement du réseau en s’appuyant sur les bureaux de poste, Peter Adams a souligné une stratégie différente, visant à accompagner les clients vers le digital. Il a déclaré : « Notre stratégie est très différente. Nous arriverons, à terme, à un réseau composé de 150 à 200 agences. C’est suffisant : 60 % de nos clients viennent maximum une fois par an en agence. Nous souhaitons accompagner nos clients vers le digital. »

En réponse à la question sur les tensions sociales en 2023, Adams a gardé son sang-froid : « Je ne peux pas garantir que tout sera calme en 2024. Si je donnais ce type de garantie, je ne ferais pas mon job de CEO correctement. »

Le PDG a également confirmé que quelques dizaines de collaborateurs ont accepté le plan de départ volontaire, mais la mobilité interne est privilégiée. Hans De Munck a également souligné l’importance des résultats de l’entreprise pour l’économie belge, affirmant que les actionnaires gagnent autant d’argent que l’État.

Concernant la possible émission d’un nouveau bon d’État, Adams a réitéré son opposition, estimant que cela limiterait le financement de l’économie belge. Il a également abordé la question des taux sur l’épargne, expliquant que la bonne année 2023 a permis de dégager du rendement pour aider l’économie belge.

Ainsi, malgré les défis sociaux et économiques, ING Belgique continue sa transformation tout en maintenant un solide bilan financier.

Gilles Moreau https://belgiumtribune.be/

Journaliste chevronné depuis plus de 12 ans, j'ai couvert divers sujets allant de la politique nationale à l'économie mondiale. Autrefois affilié à des publications de renom, il apporte désormais son expertise à BelgiumTribune.be, analysant en profondeur les enjeux politiques et économiques qui façonnent l'avenir du pays.

Tu pourrais aussi aimer