Le Barça en crise Craquage incroyable contre Villarreal La chute continue

La mine déconfite d’Ilkay Gündogan ou la rage de Ronald Araujo au coup de sifflet final ne sauront traduire parfaitement la soirée cauchemardesque et cruelle des Barcelonais. Au bout d’un match totalement dingue, les Catalans ont tout perdu dans les derniers instants, quand Alexander Sorloth (90e+9) et José Luis Morales (90e+11) ont profité de la panique de tout un bloc. Mais la défaite blaugrana a pris forme bien plus tôt. « La mine défaite d’Ilkay Gündogan ou la rage de Ronald Araujo à la fin du match ne peuvent décrire la soirée cauchemardesque et cruelle pour les Barcelonais. Après un match totalement fou, les Catalans ont tout perdu dans les derniers instants, lorsque Alexander Sorloth (90e+9) et José Luis Morales (90e+11) ont profité de la panique générale. Cependant, la défaite de Barcelone a commencé bien plus tôt. »

Barcelone a d’abord raté sa première période face à un Villarreal bien plus agressif. Le capitaine du Sous-marin jaune Gérard Moreno a ouvert le score en profitant de l’apathie barcelonaise sur une touche à 25 mètres de leur but : Alexander Sorloth s’est défait trop facilement d’Oriol Romeu pour le trouver, totalement seul (42e). « Barcelone a d’abord manqué sa première période contre un Villarreal bien plus agressif. Le capitaine du Sous-marin jaune, Gérard Moreno, a ouvert le score en profitant de l’apathie barcelonaise sur une touche à 25 mètres de leur but : Alexander Sorloth s’est défait trop facilement d’Oriol Romeu pour le trouver, totalement seul (42e). »

Dos au mur, Xavi a fait trois changements à la pause, en lançant Pedri et Joao Cancelo, et en osant sortir le défenseur Andreas Christensen pour faire entrer le jeune Pau Cubarsi (17 ans). Un coaching intéressant puisque le Barça a immédiatement été plus remuant. Si une bourde de Cancelo a perturbé ce réveil en permettant à Ilias Akhomach de faire le break (54e), les Blaugrana ont conservé leur élan. Celui-ci a été puissant puisque le Barça a totalement renversé le match en l’espace d’un quart d’heure, avec Ilkay Gündogan en homme providentiel. « Dos au mur, Xavi a Effectué trois changements à la mi-temps, en lançant Pedri et Joao Cancelo, et en osant sortir le défenseur Andreas Christensen pour faire entrer le jeune Pau Cubarsi (17 ans). Un coaching intéressant puisque le Barça a immédiatement été plus remuant. Si une bourde de Cancelo a perturbé ce réveil en permettant à Ilias Akhomach de doubler la mise (54e), les Blaugrana ont conservé leur élan. Celui-ci a été puissant puisque le Barça a totalement renversé le match en l’espace d’un quart d’heure, avec Ilkay Gündogan en homme providentiel. »

L’Allemand a marqué le but de l’espoir (60e), avant de servir involontairement Pedri sur l’égalisation, sur un contrôle raté après un gros travail de Lamine Yamal (68e). C’est ensuite son coup-franc qui a forcé Eric Bailly à marquer contre son camp, sous la pression de Ronald Araujo (71e). Revenu de nulle part, le FC Barcelone a pourtant craqué, dans une fin de match totalement folle. « L’Allemand a marqué le but de l’espoir (60e), avant de servir involontairement Pedri sur l’égalisation, sur un contrôle raté après un gros travail de Lamine Yamal (68e). C’est ensuite son coup-franc qui a forcé Eric Bailly à marquer contre son camp, sous la pression de Ronald Araujo (71e). Revenu de nulle part, le FC Barcelone a pourtant craqué, dans une fin de match totalement folle. »

L’ancien Parisien Gonçalo Guedes a relancé Villarreal sur un contre parfaitement mené (84e). Après que le VAR a annulé un penalty barcelonais (90e+1), le Sous-marin jaune a coulé ce qu’il restait du Barça. Une revanche du match aller, remporté 4-3 par les Catalans. « L’ancien Parisien Gonçalo Guedes a relancé Villarreal sur un contre parfaitement mené (84e). Après que le VAR a annulé un penalty barcelonais (90e+1), le Sous-marin jaune a coulé ce qu’il restait du Barça. Une revanche du match aller, remporté 4-3 par les Catalans. »

Le fait : Lewandowski en difficulté
Si ses statistiques sur la saison ne sont pas infamantes du tout (13 buts et 6 passes décisives en 28 matches toutes compétitions confondues), Robert Lewandowski concentre de plus en plus les critiques des suiveurs du Barça. La prestation difficile de l’attaquant de 35 ans ce samedi ne va pas calmer la tendance. L’ancien buteur du Bayern Munich a eu beaucoup de peine à exister, et a manqué de justesse sur les rares ballons qu’il aurait pu exploiter. Sa passe décisive pour Ilkay Gündogan (61e) est d’ailleurs… un contrôle raté. Sa dernière demi-heure a sauvé un peu l’ensemble, mais le Polonais reste sur cinq matches de Liga sans marquer. « Le fait: Lewandowski en difficulté
Si ses statistiques de la saison ne sont pas honteuses du tout (13 buts et 6 passes décisives en 28 matches toutes compétitions confondues), Robert Lewandowski concentre de plus en plus les critiques des suiveurs du Barça. La prestation difficile de l’attaquant de 35 ans ce samedi ne va pas calmer la tendance. L’ancien buteur du Bayern Munich a eu beaucoup de mal à exister, et a manqué de justesse sur les rares ballons qu’il aurait pu exploiter. Sa passe décisive pour Ilkay Gündogan (61e) est d’ailleurs… un contrôle raté. Sa dernière demi-heure a sauvé un peu l’ensemble, mais le Polonais reste sur cinq matches de Liga sans marquer. »

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer

+ There are no comments

Add yours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.