Iphigénie en Aulide et Tauride de Gluck Événement exclusif à AixenProvence 2024

La Tragédie d’Iphigénie en Aulide et en Tauride

La performance musicale des tragédies-opéras « Iphigénie en Aulide » et « Iphigénie en Tauride » a enthousiasmé le public le 5 juillet 2024 au Grand Théâtre de Provence, lors de la 76ème édition du Festival d’Aix-en-Provence. Ces opéras, inspirés des écrits d’Euripide et Jean Racine pour le premier, et d’Euripide et Claude Guimond de La Touche pour le second, ont été offerts aux radios membres de l’Union Européenne de Radio-Télévision dans le cadre des échanges Euroradio. Une nouvelle production du Festival d’Aix-en-Provence, en coproduction avec le Greek National Opera et l’Opéra national de Paris, a ébloui les spectateurs.

Les Artistes et l’Équipe de Production

Sous la direction musicale d’Emmanuelle Haïm, la mise en scène et la scénographie brillantes de Dmitri Tcherniakov ont donné vie aux personnages. Richard Wilberforce a dirigé brillamment le Chœur Le Concert d’Astrée, accompagnant les artistes principaux. Les interprètes ont incroyablement incarné leurs rôles : Corinne Winters en Iphigénie, Russell Braun en Agamemnon, Véronique Gens en Clytemnestre, Alasdair Kent en Achille, Nicolas Cavallier en Calchas, et bien d’autres.

Costumes, Lumières et Dramaturgie

Les éléments visuels étaient tout aussi remarquables, avec Elena Zaytseva aux costumes, Gleb Filshtinsky aux lumières et Tatiana Werestchagina à la dramaturgie. Chaque détail a contribué à l’immersion du public dans l’univers tragique et épique de ces opéras intemporels.

Orphée et Eurydice : Le Ballet des Ombres Heureuses

En parallèle, l’arrangement de Fritz Kreisler sur « Orphée et Eurydice » a été interprété avec brio par Jascha Heifetz au violon et Emanuel Bay au piano. Ce ballet des ombres heureuses, plus connu sous le nom de « Mélodie d’Orphée », a enchanté les auditeurs par sa grâce et son émotion.

Les Œuvres de Jean-Philippe Rameau

Sous la baguette experte d’Emmanuelle Haïm, des extraits captivants de « Dardanus » et « Naïs » ont été interprétés avec intensité par Le Concert d’Astrée. La descente de Vénus et l’Ouverture ont transporté le public dans un voyage musical d’une beauté saisissante.

Révélations et Retrouvailles Émouvantes

Les rebondissements et les émotions intenses des actes successifs ont captivé l’audience. Des ruses déchirantes aux vérités dérangeantes, le destin tragique des personnages s’est déroulé avec une intensité émotionnelle exceptionnelle. Le dénouement poignant et la réunification des protagonistes ont laissé une empreinte indélébile dans les cœurs et les esprits.

Questions Fréquemment Posées

1. Qui était le compositeur des opéras « Iphigénie en Aulide » et « Iphigénie en Tauride »?
Christoph Willibald von Gluck

2. Quelle était la date de création de l’opéra « Iphigénie en Tauride »?
18 mai 1779

3. Qui a dirigé le Chœur Le Concert d’Astrée lors de la représentation?
Richard Wilberforce

4. Quel était le rôle de Corinne Winters dans la production?
Interprétation du personnage d’Iphigénie

5. Quels instruments ont été utilisés dans l’arrangement de Fritz Kreisler sur « Orphée et Eurydice »?
Violon et piano

6. Pourquoi Iphigénie a-t-elle décidé de se sacrifier dans l’acte III d’Iphigénie en Tauride?
Pour assurer la réussite de la campagne militaire à venir, malgré l’opposition d’Achille et d’autres personnages.

Gilles Moreau https://belgiumtribune.be/

Journaliste chevronné depuis plus de 12 ans, j'ai couvert divers sujets allant de la politique nationale à l'économie mondiale. Autrefois affilié à des publications de renom, il apporte désormais son expertise à BelgiumTribune.be, analysant en profondeur les enjeux politiques et économiques qui façonnent l'avenir du pays.

Tu pourrais aussi aimer