Découvrez les raisons choquantes pour lesquelles Poutine cible la communauté LGBT

Chaque jeudi, nous revenons sur un sujet marquant dans le monde, grâce au recul et à l’expertise d’un chercheur du Centre d’études et de recherches internationales, de l’Université de Montréal, ou de la Chaire Raoul-Dandurand, de l’Université du Québec à Montréal.

Mis à jour le 25 janvier

Auteur : Guillaume Sauvé, Chercheur invité au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CERIUM) et auteur du livre Un conservatisme à la carte en Russie

« Débattre : Pourquoi la Russie, déjà engagée dans un conflit en Ukraine, lance-t-elle une offensive contre les personnes LGBT ? »

Depuis le 10 janvier, la Russie interdit formellement les activités d’une organisation qui n’existe pas : le soi-disant « mouvement LGBT international ». En pratique, cela signifie que l’expression d’identités sexuelles « non traditionnelles » peut désormais entraîner des poursuites criminelles. Pourquoi une telle mesure, alors que le Kremlin est surtout préoccupé par la guerre qu’il mène en Ukraine ?

« A la surprise générale, Poutine utilise la campagne anti-LGBT comme un outil électoral majeur afin de rehausser sa popularité avant les élections présidentielles de ce printemps. »

Aussi étonnant que cela puisse paraître dans un régime autoritaire, la campagne contre les personnes LGBT est une mesure électoraliste visant à doper la popularité de Vladimir Poutine à la veille de l’élection présidentielle prévue au printemps.

« Stratégie opportuniste : Les campagnes anti-LGBT visent à mobiliser l’électorat poutinien de base tout en attirant des alliés à l’étranger. »

Les campagnes contre les personnes LGBT relèvent d’une stratégie opportuniste du Kremlin pour mobiliser l’électorat poutinien de base – les retraités et les habitants des villes de province – lorsque la cote de popularité du président montre des signes de faiblesse. C’est aussi un moyen de courtiser des alliés à l’étranger, et ce, d’autant plus facilement que la recette de ces « guerres culturelles » est, ironiquement, inspirée de modèles occidentaux, tout particulièrement de la droite évangélique américaine.

« Détournement politique : Les initiatives anti-LGBT servent à détourner l’attention des mécontentements populaires vis-à-vis des actions du gouvernement. »

En Russie, les croisades contre les personnes LGBT visent à détourner le mécontentement populaire des actions du gouvernement.

« Triomphe absolu : Poutine cherche à assurer un triomphe absolu aux élections pour dissuader tout mécontentement et changer. »

Dans le contexte d’une guerre en Ukraine qui s’éternise et que la population soutient sans enthousiasme, le Kremlin préfère assurer ses arrières et, une fois de plus, stimuler la participation au vote en agitant l’épouvantail des personnes LGBT.

« Stratégie limitée : La Russie n’est pas aussi traditionaliste que le Kremlin veut le faire croire, malgré une présence répandue de l’homophobie. »

Cette stratégie a cependant ses limites, car la Russie est loin d’être aussi traditionaliste que ses dirigeants veulent le faire croire. Certes, l’homophobie y est répandue, comme dans la plupart des pays postcommunistes. Mais la majorité des Russes pensent par ailleurs que la religion n’a pas de place en politique et ils se montrent attachés aux droits des femmes.

Laurent Dubois http://belgiumtribune.be

Fort d'une carrière de 18 ans dans le journalisme, Laurent Dubois s'est spécialisé dans la couverture approfondie des événements culturels, artistiques et historiques. Ayant travaillé avec des magazines de premier plan, il met désormais à contribution son savoir-faire pour BelgiumTribune.be, partageant des perspectives uniques sur le patrimoine culturel et l'art contemporain.

Tu pourrais aussi aimer

+ There are no comments

Add yours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.