Beyoncé immortalisée au musée Grévin Découvrez la statue en cire

La Statue de Cire de Beyoncé Fait ses Débuts au Musée Grévin de Paris

Depuis jeudi, les visiteurs du musée parisien peuvent admirer une sculpture plus vraie que nature qui a nécessité six mois de travail. L’effigie de cire de la chanteuse américaine Beyoncé, visible depuis le 4 juillet 2024 au musée Grévin de Paris, a finalement comblé les attentes des fans. Après tout, Beyoncé Knowles-Carter, l’artiste féminine la plus récompensée de l’histoire avec 28 Grammy Awards, était curieusement absente de la collection de personnages de cire du musée jusqu’à présent.

La Réalisation de l’Effigie par une Équipe Dédiée

Vêtue d’un body doré et assise jambes croisées sur un cerceau, la sculpture réaliste de Beyoncé a nécessité six mois de travail de la part de l’équipe des ateliers de création du musée Grévin et du sculpteur Claus Velte. Alors que les personnalités ont souvent l’habitude de poser en personne pour les sculptures, cette fois-ci, l’équipe a dû se contenter de travailler à partir de photos. Chaque détail compte, car selon le communiqué du musée, chaque photo peut présenter des variations de colorimétrie et de volumes du visage.

Les Défis Rencontrés par l’Équipe de Création

Un des principaux défis a été de trouver la pose parfaite pour la star internationale. En plus de cela, la construction de la structure supportant le cerceau sur lequel Beyoncé est assise a demandé une grande précision et expertise. Claus Velte, le sculpteur confirmé des ateliers du musée Grévin, est un vétéran, ayant à son actif environ 150 sculptures pour le musée, incluant des personnalités telles que Céline Dion, Omar Sy, ou encore Carla Bruni.

Le Dénouement de l’Inauguration à Succès

Le clone inanimé de la diva de la pop rejoint ainsi la collection du musée Grévin, aux côtés d’autres figures récentes telles que le footballeur Antoine Griezmann, l’actrice Audrey Fleurot, le musicien Matthieu Chedid, et la reine Marie-Antoinette habillée par le couturier Julien Fournié. Beyoncé pourra désormais être admirée par les 900 000 visiteurs annuels du musée Grévin, malgré quelques critiques concernant la couleur jugée trop claire de sa statue, rappelant ainsi la controverse entourant la statue de cire de Dwayne Johnson, alias The Rock, en octobre de l’année précédente.

Réactions Attendues et Polémique Éteinte

Pour l’instant, Beyoncé n’a pas encore réagi aux commentaires, tandis que le musée a rapidement désamorcé toute polémique en expliquant comment l’angle de la photo peut influencer la perception de la couleur de la statue. La présence de Beyoncé au musée Grévin marque ainsi un moment mémorable pour les fans de la chanteuse et les visiteurs du musée.

Questions Fréquemment Posées

Comment la pose de la statue de cire de Beyoncé a-t-elle été choisie ?
La pose de la statue de cire de Beyoncé a été sélectionnée après de nombreuses délibérations pour capturer au mieux l’essence de la chanteuse.

Combien de temps a-t-il fallu pour créer la sculpture de Beyoncé au musée Grévin ?
La création de la sculpture de Beyoncé au musée Grévin a demandé six mois de travail intense de la part de l’équipe des ateliers de création.

Quel est le défi majeur rencontré par l’équipe lors de la réalisation de la statue de Beyoncé ?
Un des principaux défis était de travailler uniquement à partir de photos pour recréer une version fidèle de Beyoncé en cire.

Quels autres personnages célèbres ont été récemment ajoutés à la collection du musée Grévin ?
En plus de Beyoncé, des personnalités telles qu’Antoine Griezmann, Audrey Fleurot, Matthieu Chedid et Marie-Antoinette ont récemment rejoint la collection du musée Grévin.

Quelle réaction a suscité la statue de cire de Beyoncé chez les visiteurs du musée Grévin ?
Malgré quelques critiques sur la couleur de la statue, les fans et les visiteurs ont accueilli avec enthousiasme l’arrivée de Beyoncé au musée Grévin.

Comment le musée Grévin a-t-il réagi aux critiques sur la statue de Beyoncé ?
Le musée Grévin a rapidement dissipé les critiques en expliquant que la perception de la couleur de la statue pouvait varier en fonction de l’angle de vue.

Gilles Moreau https://belgiumtribune.be/

Journaliste chevronné depuis plus de 12 ans, j'ai couvert divers sujets allant de la politique nationale à l'économie mondiale. Autrefois affilié à des publications de renom, il apporte désormais son expertise à BelgiumTribune.be, analysant en profondeur les enjeux politiques et économiques qui façonnent l'avenir du pays.

Tu pourrais aussi aimer